Relaunch!!

@ Jean-Marie Liot

MOD70 au Maxi-trimaran

Aux côtés de ses partenaires le groupe IDEC, le CIC, Wipro et Richard Mille, l’équipe de The Famous Project a procédé ce jour, vendredi 31 mai, à la mise à l’eau du Maxi trimaran IDEC SPORT à Vannes, devant le chantier Multiplast, constructeur du trimaran géant en 2006. Au terme de 5 mois de travail, le légendaire voilier triple vainqueur de la Route du Rhum et détenteur depuis 2017 du Trophée Jules Verne, a retrouvé son élément naturel, son mât, ses voiles, et rejoint La Trinité-sur-Mer.

La capitaine Alexia Barrier va pouvoir s’approprier en douceur et progressivement le géant de 32 mètres. Un été studieux s’avance, qu’Alexia et son équipe mettront à profit pour affiner la mise au point du bateau, tout en poursuivant la subtile sélection de l’équipage pour tenter l’aventure du record du Trophée Jules Verne en 2025.

@ Jean-Marie Liot
@ Jean-Marie Liot

Une nouvelle page se tourne ainsi pour Alexia Barrier, appelée à prendre physiquement cette fois la barre de son rêve ultime, une tentative contre le record du Trophée Jules Verne avec un équipage 100% féminin. Elle a porté son dévolu sur le bateau tenant du titre depuis 2017, le Maxi trimaran IDEC SPORT que Francis Joyon et seulement 5 hommes d’équipage avaient mené au firmament des records océaniques, avec ce temps qui confère aujourd’hui au mythe, 40 jours, 23 heures et 30 minutes pour tourner autour de la planète via les trois grands caps (Bonne Espérance, Leeuwin et Horn).

Le voilier mis à l’eau en juin 2006, sous les couleurs de Groupama, a grandement mérité une inspection en profondeur et ultra détaillée. « Nous avons mis le bateau totalement à nu » explique Alexia.

« Coques, cloisons, bras et mât ont été minutieusement inspectés, à la recherche de la moindre faiblesse, de la moindre trace de vieillissement. Accastillage, gréement dormant et courant, tout a été démonté et vérifié dans les plus infimes détails. », précise Eric Lamy, ancien membre du Groupama Sailing Team, qui connait parfaitement le navire, a conduit les travaux en compagnie de 8 personnes. « Tout ce qui devait être changé l’a été, dans la limite de nos budgets » poursuit la navigatrice antiboise. « Avec sa nouvelle déco signée Jean-Baptiste Epron, le bateau semble avoir retrouvé une seconde jeunesse. »

C’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour l’équipe de The Famous Project et Alexia. Apprivoiser le géant, en trouver les clés et les secrets, pour son équipage féminin cela prendra du temps et nécessitera de nombreuses navigations. Sélectionner les bons profils pour l’accompagner fait actuellement l’objet, d’une minutieuse campagne de recrutement. « Il n’y a pas pénurie de talents féminins dans la voile » martèle Alexia, « IDEC SPORT est ouvert sur le monde et à toutes les navigatrices qui osent leurs rêves. Notre projet est NO Limit ! » 

Mots des partenaires
 
Daniel Baal, président du CIC : « Lorsque nous nous sommes engagés aux côtés d’Alexia Barrier en tant que partenaire fondateur de The Famous Project, l’équipe ne comptait qu’une poignée de professionnels engagés dans cette aventure et un bateau d’entrainement. La mise à l’eau du trimaran IDEC SPORT marque aujourd’hui une étape importante qui va permettre à cet équipage 100 % féminin de s’attaquer au mythique Trophée Jules Verne et se préparer à relever un défi sportif unique. »

@ Jean-Marie Liot


Patrice Lafargue, Président du groupe IDEC : « Nous sommes très heureux que l’histoire du maxi-trimaran IDEC SPORT, ce bateau de légende, puisse se poursuivre avec ce nouveau défi de Trophée Jules Verne 100 % féminin, mené par Alexia Barrier. Cette aventure humaine exceptionnelle, riche en valeurs telles que le dépassement de soi, la passion, la solidarité et l’esprit d’équipe, incarne parfaitement les principes et les aspirations du Groupe IDEC. En soutenant ce projet audacieux, nous réaffirmons notre engagement envers l’excellence et l’innovation, tout en promouvant des initiatives qui repoussent les limites et inspirent par leur audace, leur détermination et leur résilience. Ce défi représente non seulement une course contre le temps, mais aussi une véritable célébration des valeurs humaines et sportives qui nous animent au quotidien. C’est une occasion unique de démontrer notre soutien aux femmes dans les sports extrêmes et de valoriser l’égalité des chances, la diversité et l’inclusion, des valeurs fondamentales qui sont au cœur de notre entreprise. »
 
Wipro et Richard Mille se joignent à l’équipe de The Famous Project et ses co-partenaires pour célébrer cette étape importante dans la préparation du trophée Jules Verne.

Previous post

arrow icon
image icon

Idec Sport – new design

News

Idec Sport – new design

TFP – NEWS

L’élégance feinte du maxi-trimaran de The Famous Project

La navigatrice Alexia Barrier procédera le 31 mai prochain à la mise à l’eau du Maxi trimaran IDEC SPORT. Avec l’aide du designer-navigateur bien connu Jean Baptiste Epron, elle a choisi pour nouvelle robe du voilier, une déco très graphique, en accord avec ses partenaires principaux le Groupe Idec, la banque CIC et Wipro, tout en conservant les étraves rouges d’IDEC SPORT, toujours détenteur depuis 2017 du record du Trophée Jules Verne, challenge ultime du projet 100% féminin d’Alexia. Un défi qu’a su relever Jean Baptiste, pour atténuer la rude masculinité du voilier, en soulignant la féminité du projet, tout en respectant la personnalité du bateau.

L’élégance des Classiques

« Ce bateau est viril et très masculin. Les formes de visage choisies pour habiller les voiles, tendent à suggérer l’essence très féminine du projet d’Alexia » explique Jean Baptiste Epron. Le designer très recherché par les acteurs de la course au large a une vraie histoire avec ce bateau, dont il avait dès sa conception signé la livrée, aux couleurs de son premier partenaire Groupama, puis des deux sponsors suivants, la Banque Populaire et le Groupe Idec. Le maxi trimaran triple vainqueur de la Route du Rhum sous ces trois différentes couleurs tient une place à part dans l’imaginaire de Jean Baptiste. « J’adore ce bateau. Il a l’élégance des yachts classiques. II est le témoin de toute une génération de multicoques d’avant les bateaux volants, sorte de synthèse de ce qu’étaient les trimarans ORMA. Il n’a pas de lignes très marquées, signe d’une très grande liberté architecturale de son cabinet créateur VPLP. Il respire la douceur, sentiment feint en vérité, quand on connait sa fureur dans la brise. »

Une déco qui raconte une histoire…

« Jean Baptiste Epron est l’artiste des bateaux par excellence » souligne Alexia. « Je lui ai fait entièrement confiance. Nos partenaires, le groupe Idec, le CIC et Wipro ont tous adhéré à l’histoire que nous raconte Jean Baptistes avec ces visages esquissés dans nos voiles, et ces codes couleurs sur fond noir. Il s’agit de raconter une histoire, de solidarité, d’aventure commune. Mais Jean Baptiste n’a pas voulu « sur féminiser » le projet, car il pense avec raison qu’à terme, les femmes sur de telles aventures, ne seront plus une exception, mais la règle évidente. Il a aussi su trouver les codes couleurs qui renvoient à nos trois partenaires, avec ce clin d’oeil au record du Trophée Jules Verne établi par Francis Joyon sous les couleurs rouges d’IDEC SPORT, maintenus sur nos étraves, comme une marque de respect pour ce trimaran de légende. »

JB Epron

Alexia va rejoindre la Bretagne dès cette fin de semaine, pour participer et superviser la fin du long  chantier de remise en forme du géant entrepris chez Multiplast à Vannes, sous le regard avisé d’Eric Lamy. 15 personnes oeuvrent sans relâche à donner au bateau lancé en 2006 une énième jeunesse. Suite à sa mise à l’eau, IDEC SPORT ralliera La Trinité sur Mer pour ses ultimes mises au point, avant les premières navigations tests programmées fin juin, les premiers entrainements en juillet, et le convoyage en septembre vers la Méditerranée.

Previous post

arrow icon
image icon

The Famous Project x Richard Mille

Next post

arrow icon
image icon

Relaunch!!

News

The Famous Project x Richard Mille

TFP – Paris

THE FAMOUS PROJECT X RICHARD MILLE

UN NOUVEAU DEFI PLANETAIRE AU FEMININ

Richard Mille est ravi d’annoncer un nouveau défi fleurant bon les embruns marins et la performance. La marque s’engage, en effet, aux côtés de la navigatrice de renom Alexia Barrier qui a initié The Famous Project. Au-delà du pari sportif, ce projet est une épopée maritime encore jamais réalisée.

La marque Richard Mille est notamment connue pour être spécialiste des montres sportives, des matériaux et des solutions techniques innovantes. La marque s’est lancée de multiples challenges, notamment par son implication dans les sports mécaniques, en Formule 1 avec McLaren et Ferrari ou en endurance avec la Richard Mille Racing Team, sans oublier sa présence sur les terrains de tennis, les parcours de golf… toujours aux côtés des plus grands athlètes.

L’objectif ? Déplacez les lignes et les consciences. Comment? En réalisant une première mondiale, pour effectuer un tour du monde sans escale et sans assistance lors d’une tentative de Trophée Jules Verne. En effet, The Famous Project réunira un équipage international exclusivement féminin composé d’une dizaine de marins, à bord d’un maxi-multicoque de 32 mètres. L’équipe a pour objectif d’établir un temps de référence féminin sur ce tour du monde à la voile, et pourquoi pas, tenter de battre le record de vitesse actuel du Trophée Jules Vernes. Un défi de taille mais à la portée d’Alexia Barrier, skipper depuis plus de 20 ans, avec un palmarès de 18 Transats, dont 5 solitaires, un finisher du Vendée Globe 2020, avec plus de 200 000 milles nautiques parcourus.

Pour ce faire, Alexia Barrier et ses coéquipières dompteront les eaux sur une véritable Formule 1 des mers, l’Ultim IDEC SPORT. Il est le maxi-trimaran le plus rapide du monde à ce jour puisque c’est à son bord que Francis Joyon a établi, en 2017, le dernier record du trophée Jules Verne en 40 jours 23 heures, 30 minutes et 30 secondes.

« C’était le bateau de mes rêves pour réaliser ce projet. Un projet d’envergure qui en plus du sport, veut donner aux femmes les mêmes armes que les hommes pour gagner des courses engageantes. The Famous Project s’inscrit donc dans un enjeu de société et résume nos mantras : oser, rêver et partager. » Alexia Barrier

L’engagement n’est pas une exception mais une règle pour Richard Mille, qui aime explorer de nouveaux territoires. Il est évidemment toujours question de vitesse, non plus sur l’asphalte mais sur l’eau.

Un univers que Richard Mille connaît bien à travers sa collaboration passée avec les Voiles de St. Barth puis la création récente de sa propre régate baptisée Richard Mille Cup.

« Richard Mille s’engage à nouveau dans une aventure hors du commun mêlant excellence, technologie et performance, trois piliers de la marque. Oser, se lancer des défis et prendre des risques : The Famous Project nous permet d’écrire une nouvelle page de notre histoire au féminin. Ce projet est avant tout animé par la passion de chacune des personnes impliquées. La volonté manifeste d’Alexia Barrier de se surpasser quelles que soient les règles du jeu, nous a séduit. » Amanda Mille, directrice de la marque et des partenariats.

« J’avais l’envie de sauter une classe et de naviguer en Ultim pour tenter de battre le record du monde à la voile. Notre premier défi va être de former notre équipage avec des skippeuses qui n’ont jamais navigué sur ce type de machine. Tout oublier pour tout recommencer, voilà ce qui nous attend. » Alexia Barrier

Richard Mille est très heureux de soutenir cette initiative aussi audacieuse que courageuse qui bouscule les codes du monde de la voile. Une vision disruptive de l’aventure qui guide Richard Mille depuis maintenant plus de 20 ans. Nous retrouvons dans The Famous Project une effervescence et un enthousiasme qui nous animent depuis toujours.

Previous post

arrow icon
image icon

En route vers le Trophée Jules Verne…

Next post

arrow icon
image icon

Idec Sport – new design

News

En route vers le Trophée Jules Verne…

Author – Andi Robertson

En route vers le Trophée Jules Verne…

A quelques jours de la date à laquelle The Famous Project prévoit de mettre à l’eau le maxi-trimaran IDEC Sport, avec lequel Alexia et ses équipières vont tenter le record du Trophée Jules Verne de 40 jours 23 heures en hiver 2025, l’équipe technique travaille d’arrache-pied pour respecter la date limite de mise à l’eau du bateau. Puis, il y aura une période de mise en service et de tests à partir de La Trinité sur Mer avant un été d’entraînement qui culminera avec une série de défis de record.

Le 26 janvier 2017, Francis Joyon et son équipage à bord d’IDEC Sport bat le record du Trophée Jules Verne, en 40 jours 23 heures 30 minutes 30 secondes. Malgré de nombreuses tentatives au fil des ans, le record tient toujours. D’ailleurs, la plupart des grandes équipes en ULTIM qui viennent de terminer l’Arkea Ultim Challenge, tour du monde en solitaire, prévoient de s’attaquer à leur propre record cet hiver.

Dans ce contexte, quels sont les objectifs de l’équipage 100% féminin de The Famous ?

Le team manager, Jonny Malbon, affirme : « La réalité est qu’il sera presque impossible pour nous de battre le record sur ce bateau, parce que le record existe depuis 2017. Il a échappé à des équipes dotées de budgets et d’équipes plus importants. Mais il faudrait que de nombreux éléments s’alignent pour que nous puissions battre ce temps incroyablement rapide. Et, oui, il pourrait être abaissé cet hiver. Mais, comme nous le disons, il est en place depuis 2017. Notre objectif principal est de faire naviguer le bateau, de participer au Trophée Jules Verne tout en donnant tout ce que nous pouvons avec l’intention d’essayer de battre ce temps. Mais en réalité, l’objectif principal est de faire le tour du bateau en un seul morceau, d’établir un temps de référence féminin et une première mondiale. Mais l’essentiel est de donner au programme la possibilité de se développer et de grandir. Telle est la vision. »

Les prochaines étapes

Monter à bord du maxi-trimaran qui détient le record, naviguer et apprendre rapidement et efficacement tout en sélectionnant les navigatrices, telles sont les prochaines étapes du projet. Le processus d’apprentissage et de formation sera très similaire à celui qui a si bien fonctionné sur le Mod70. Comme l’a récemment souligné Alexia Barrier, capitaine et fondatrice de The Famous Project, le maxi-trimaran est plus grand, plus rapide et plus lourd que le Mod70, mais il est plus simple. Les systèmes sont plus simples et le bateau est moins « branlant », mais il nécessitera un excellent travail d’équipe pour naviguer efficacement.

@the_famousproject @georgiaphoto
@the_famousproject @georgiaphoto

Étape 1

Jonny Malbon explique : « Je pense que nous allons passer une semaine à naviguer, à sortir les voiles, à travailler sur les ris et les différentes configurations de la voile d’avant. Le bateau est très simple comparé au Mod70 et nous voulons juste tout valider. Il existe un large vivier de talents expérimentés sur ces maxi-trimarans, dont beaucoup ont navigué sur le bateau en tant qu’IDEC Sport et auparavant en tant que Groupama. Et de nombreux marins ont déjà offert leur temps pour contribuer à notre processus de formation. »

Malbon souligne : « La formation sera très similaire, nous nous appuierons sur un groupe d’experts, dont certains ont déjà navigué sur le bateau. Mais nous avons déjà un bon groupe d’experts désireux d’aider, Brian Thompson, Loick Peyron et, espérons-le, Franck Cammas, ont exprimé leur intérêt à aider et ont le type d’expertise que nous recherchons, pour faciliter l’apprentissage des filles. Rien n’est encore signé mais c’est le plan. Nous travaillerons avec des filles en petits groupes pendant des semaines d’entraînement assez intensives, exactement comme nous l’avons fait avec le MOD70. Nous essayons toujours de nouvelles personnes. Nous avons une bonne compréhension du type de personnes dont nous avons besoin. Nous allons poursuivre les programmes d’entraînement et faire trois ou quatre séances d’entraînement, faire naviguer les filles ensemble, puis essayer de battre des records en septembre avant de nous diriger vers la Méditerranée où le bateau sera basé.”

@the_famousproject @georgiaphoto
@the_famousproject @georgiaphoto

Le premier défi est la gestion du temps. Nous devons naviguer et naviguer encore, parce que nous devons apprendre ce que nous devons faire sur le bateau avant le second chantier prévu avant le Jules Verne.

Previous post

arrow icon
image icon

IDEC Sport : une mise à l’eau imminente

Next post

arrow icon
image icon

The Famous Project x Richard Mille

News

IDEC Sport : une mise à l’eau imminente

TFP – Vannes

IDEC Sport : une mise à l’eau imminente

La fondatrice de The Famous Project, Alexia Barrier, et son équipe entièrement féminine sont maintenant dans une phase de transition importante avec la mise à l’eau à la fin de ce mois de leur maxi-trimaran IDEC Sport. Un passage entre le Mod70 et le géant des mers.

Le chantier d’hiver à Vannes d’IDEC Sport, chez Multiplast, où il a été construit entre 2005 et 2006 sous le nom de Groupama, est sur le point de se terminer. Alexia et le team prévoient une mise à l’eau le vendredi 31 mai suivie de deux semaines de travaux finaux à quai avant de commencer les entraînements en juillet et août. En août, l’équipe espère pouvoir tenter le record du tour des îles britanniques et peut-être une participation à la Route de la Découverte. Ce programme serait la continuité de labelle histoire du célèbre voilier de 105 pieds qui a déjà remporté le Trophée Jules Verne à trois reprises avant d’établir l’actuel record du tour du monde en 40 jours et 23 heures aux mains de Francis Joyon et de son équipage.

@the_famousproject @georgiaphoto
@the_famousproject @georgiaphoto

Alors que l’équipe de The Famous Project progresse dans sa quête d’une référence féminine pour l’hiver 2025, la mise à l’eau prochaine de la grande bête est une étape importante.

« Les gars travaillent bien, même si la météo bretonne ne semble jamais être de la partie. Aujourd’hui, nous avons remis le bateau à niveau en effectuant un gros travail de maintenance. L’année dernière, il a participé à la promotion du développement durable, puis nous l’avons récupéré et devait être mise en chantier avant de naviguer. La dernière course était la Route du Rhum (en 2022). Nous n’avons pas apporté de réelles modifications. », explique Alexia.

La navigatrice antiboise fait des allers-retours au chantier et y sera encore la semaine prochaine : « Nous avons de la chance d’être chez Multiplast car le bateau y a été construit. Nos voisins sont VPLP – qui a conçu le bateau – et North Sails. Nous travaillons avec eux et nous pouvons leur poser toutes les questions sur le bateau et son histoire, ils ont toutes les réponses dont nous avons besoin. Nous avons la chance d’avoir Eric Lamy comme boat captain, il a travaillé sur le bateau quand il était Groupama 3 et faisait partie de l’équipe de construction, il connaît donc chaque petit coin, chaque écrou et chaque boulon.
Actuellement, une équipe de sept personnes travaille en permanence sur les composites, l’électronique et The Famous Project a apporté tous ses propres outils et outillages. C’est un très gros bateau et un travail énorme. Je suis très fière de ce que l’équipe a fait, c’est un travail formidable. »

Mais après les défis réalisés avec le Mod70, léger, rapide et nerveux, ceux qui prévus avec le maxi-trimaran semblent plus simples : « Le bateau est peut-être plus grand que le Mod70, mais il est plus simple car il n’a pas d’hydraulique et il est plus sûr. Je ne suis donc pas stressée par l’idée de naviguer sur un gros bateau, mais je serai heureuse de commencer à m’entraîner avec l’équipe vers la fin du mois de juin. »

Alexia continue : « Nous allons le mettre à l’eau à la fin du mois de mai. Au début, en juin, juillet et août, nous naviguerons à la journée au départ de La Trinité-sur-Mer, de la Bretagne et de l’Atlantique. Et si nous nous sentons biens, nous essaierons de naviguer autour de la Grande-Bretagne à la fin du mois d’août, puis nous irons en Méditerranée en septembre pour nos partenaires, et peut-être ensuite sur la Route de la découverte. »

L’Irlandaise Pam Lee a passé tout l’hiver à bord du maxi-trimaran : « Nous avons mis en place une équipe complète depuis le début du mois de janvier. Nous avons tout démonté et enlevé l’électronique, nous avons tout défait, enlevé, entretenu et remplacé ce qui devait l’être ou réparé, et nous sommes sur le point de tout remettre en place : comme le moteur, la mécanique, l’électronique, etc. De même, toutes les lignes, toutes les écoutes, toutes les poulies, tous les blocs, tous les treuils et les mécaniciens, tout cela a été démonté, nettoyé, examiné, entretenu. Nous avons commandé des pièces de rechange, remplacé des pièces de rechange. »

@the_famousproject @georgiaphoto
@the_famousproject @georgiaphoto

L’acquisition de compétences pour une plus grande indépendance a également constitué une étape essentielle. « Nous avons mis en place un atelier d’électronique, de montage et de mécanique, qui nous permet de tout faire en interne dans nos conteneurs. Nous avons tout équipé avec de bons outils et de bonnes machines, de sorte qu’une grande partie de ce que nous faisons consiste à tout faire en interne. Nous essayons de faire un maximum en interne. Toutes les réparations de strat et de composite, la fabrication de petites pièces et tout ce genre de choses sont également réalisées en interne, ce qui est vraiment génial. »

Pam a vraiment apprécié le processus d’apprentissage sur le tas : « C’est vraiment cool et c’est une chance inouïe de travailler sur un bateau de cette taille. Pour moi, c’est très intéressant d’avoir été impliquée dès le début parce que j’arrive à bien comprendre ce à quoi j’ai affaire et ce à quoi nous aurons affaire lorsque nous naviguerons. Même en comprenant les charges sur les écoutes et les charges sur le gréement, la taille des winchs et tout le reste, vous réalisez l’importance de votre travail. Je commence également à bien connaître le bateau et ses particularités. »

@the_famousproject @georgiaphoto
@the_famousproject @georgiaphoto

Et de conclure : « C’est ce qu’il y a de fou avec ce bateau : on ne peut pas vraiment faire quoi que ce soit soi-même. Il faut deux personnes pour faire presque tout, car même les treuils sont énormes et le montage des gouvernails et d’autres choses de ce genre nécessitent au moins quatre mains pour la plupart des tâches. Et quand on pense à ce que Joyon a fait lui-même, c’est incroyable, c’est époustouflant et vraiment impressionnant. C’est une question qui revient souvent dans la course au large, ce n’est pas une question de force ou de puissance, c’est une question de savoir avec quoi vous travaillez et comment l’utiliser, je dis toujours que cela s’applique à la voile hauturière et aux plus gros bateaux, c’est une question d’utilisation de la tête. Il est évident que s’il a pu gérer le bateau aussi bien qu’il l’a fait, c’est qu’il connaissait bien les choses et qu’il savait comment faire toutes les choses importantes ! »

Previous post

arrow icon
image icon

The Famous Project: MOD70 Limosa au Portugal

Next post

arrow icon
image icon

En route vers le Trophée Jules Verne…

The Famous Project: MOD70 Limosa au Portugal

@the_famousproject @georgiaphoto

The Famous Project: MOD70 Limosa au Portugal

Mardi 23 avril 2024

Alexia Barrier ; de navigatrice solitaire à Capitaine

Le Mod70 Limosa d’Alexia Barrier a fait ce matin son entrée dans le port de Portimao au Portugal, terminus de la première transatlantique effectuée par un équipage entièrement féminin à bord d’un trimaran de 20 mètres. Les 8 femmes d’un Team très international concocté par Alexia et sa co-skipper Dee Caffari, avaient quitté Antigua le 13 avril dernier dans le cadre de la campagne de détection menée par les deux femmes pour définir l’équipage 100% féminin qui présidera d’ici 18 mois environ, aux destinées du Maxi trimaran IDEC SPORT dans une nouvelle tentative contre le record du Trophée Jules Verne.

25 navigatrices au ban d’essai

Avec méthode, empathie et bienveillance, teintées d’une forte exigence technique, Alexia poursuit ces rencontres et découvertes des talents si particuliers dont elle souhaite s’entourer pour boucler un tour du monde à la voile et sans escale. Marie Riou (FRA), Joan Mulloy (IRL), Deborah Blair (GBR), Annie Lush (GBR), Rebecca Gmuer (NZL) et la media Woman Georgia Schofield (NZL) ont ainsi enrichi une liste déjà forte de 25 profils parmi lesquels Alexia définira la start-list finale des 10 femmes retenues pour leurs compétences nautiques, leurs qualités humaines, et leurs capacités à bien vivre durant 40 jours en mer.

Une Transat découverte…

« Je me découvre en capitaine » avoue avec sa franchise coutumière Alexia Barrier. Cette finisher du Vendée Globe 2020 (24ème), connue du grand public pour ses aventures solitaires, a pourtant effectué une bonne partie de sa carrière comme équipière à bord de grandes unités de course au large. Elle revêt depuis une année une casquette de skipper et de chef d’équipe qui lui sied un peu mieux avec chaque sortie. Et celle qui vient de s’achever à Portimao était de taille, puisque pour la première fois, elle menait à son terme une expédition transatlantique à bord d’un véloce et volatile Mod70 exclusivement manié par des femmes. « Certes, nous n’avons pas poussé le bateau dans ses retranchement » poursuit la navigatrice Méditerranéenne. « Nous n’avons pas non plus cherché la difficulté. L’idée dominante était de trouver cohésion et bonne entente entre 8 femmes qui avaient très peu navigué ensemble, même si nous nous connaissions toutes à titre individuel. En ce qui me concerne, il m’importait de me prouver que je savais assumer ce rôle de capitaine et de leader. Il me semble que sur ces deux tableaux, notre transat est un succès. La bonne humeur a régné tout au long du parcours. Chacun a rapidement trouvé sa place, et j’ai pu à loisir observer mes co-équipières et évaluer au large leurs réactions, tant d’un point revue technique que sur le plan humain. J’ai apprécié leur bonne humeur et leur capacité à se soutenir les unes les autres. Il y avait à bord la bienveillance qui me semble indispensable pour réussir un tour du monde en équipage.»

Entre 8 et 10 femmes sur le Trophée Jules Verne

Alexia, toujours épaulée de la Britannique Dee Caffari, et à terre de son team manager Jonny Malbon, se donne encore plusieurs mois pour poursuivre ses expérimentations et ses essais avec d’autres navigatrices. « Nos portes sont ouvertes à toutes, quels que soient leurs horizons d’excellence, voire le volume d’expérience. Nous portons cette idée que chacun peut oser et réaliser ses rêves. Mes critères fondamentaux sont la capacité d’adaptation et de vie en groupe à long terme. Je pense devoir tester encore une dizaine de filles avant de décider d’une short-list de 14 personnes, pour un équipage final au départ du Trophée Jules Verne de 8 à 10 équipières. De nouvelles confrontations avec les autres Mod70 toujours opérationnels (Phaedo de Brian Thompson, Zoulou d’Erik Maris et Loick Peyron ou Argo de Jason Carroll) sont au programme, notamment à Palma de Mallorca cet été et en Grèce avec la Aegean 600. Le Maxi trimaran IDEC SPORT aura entre temps, le 31 mai, été mis à l’eau, et les premières navigations à bord du géant pourront débuter. »

A peine le temps de se reposer dans la quiétude printanière de Portimao. Alexia rejoindra dès ce milieu de semaine Lorient et le site de départ de The Transat CIC. Elle retrouvera le Maxi Trimaran IDEC SPORT à Vannes aux bons soins du chantier Multiplast et supervisera le 31 mai prochain la mise à l’eau du voilier détenteur du Trophée Jules Verne.

Presque arrivé!

@the_famousproject @georgiaphoto

Presque arrivé!

Arrivée prévue mardi 23 avril à Portimao (Portugal)

Avec moins de 500 milles nautiques à parcourir jusqu’à Portimao, sur la côte portugaise de l’Algarve, l’équipe de The Famous Project, parti d’Antigua le 15 avril, terminera sa transatlantique. A bord du Mod70 Limosa, les navigatrices sont de bonne humeur et attendent avec impatience les derniers milles à parcourir.

Dimanche soir, elles se frayaient un chemin vers l’est dans les vents légers d’une large dorsale anticyclonique au nord-est des Açores, la zone de lumière s’interposant entre elles et les alizés de nord-est au large des côtes portugaises. Les vitesses étaient de l’ordre de sept ou huit nœuds. Elles devraient atteindre Portimao mardi.

Hier soir, Dee Caffari déclarait : « L’objectif de cette transat était de gérer le bateau et l’équipe en toute sécurité. Je pense que nous y sommes parvenues. Nous avons essayé d’anticiper le vent et les conditions et nous avons gardé une longueur d’avance. Nous avons choisi une navigation qui a nous permis d’avoir du temps pour la gestion du bateau, les manœuvres et minimiser ainsi le stress. Au début, nous nous sommes dirigées vers le nord, au près, pendant deux jours, avant de commencer à prendre le large lorsque les conditions se sont calmées. Nous avons ensuite hissé le gennaker et avons profité de plusieurs jours de navigation au portant avec des vitesses moyennes de 20 nœuds jour et nuit. Nous sommes maintenant entrées dans une phase de transition à 500 milles des côtes portugaises. Nous attendons la nouvelle brise de l’autre côté qui vient du nord-est. Nous devrions la trouver ce soir vers minuit, puis nous serons au reaching pendant un certain temps, jusqu’à ce que la brise se renforce, avant de hisser à nouveau le gennaker pour la dernière partie vers Portimao, où nous arriverons mardi. Jusqu’à présent, tout l’équipage est content et le bateau est en un seul morceau, donc les objectifs sont atteints. »

@the_famousproject @georgiaphoto

Samedi, alors qu’elles passaient au nord des Açores, Georgia Schofield, la mediawoman du bord, racontait : « Nous sommes en train de contourner les Açores. Il y a de plus en plus d’oiseaux qui volent autour de nous et quelques bateaux de pêche la nuit. Nous sommes trop loin pour voir les îles elles-mêmes, mais nous avons l’impression qu’elles sont proches. Le bateau est comme en mission, il est à peine descendu en dessous de 17 nœuds ces derniers jours, avec une moyenne de 20-22 au portant. La vie à bord est plutôt facile dans ces conditions, ce qui contraste fortement avec les deux premiers jours (que j’ai passés la plupart du temps la tête dans un seau ou à dormir).

Les levers de soleil sont les meilleurs moments de la journée, car nous saluons le soleil de plus en plus tôt chaque jour, ce qui donne l’impression que nous avons parcouru pas mal de milles pendant la nuit. »

Livestream from Limsoa – Mid Atlantic!

@the_famousproject @georgiaphoto

Livestream from Limsoa – Mid Atlantic!

Notez la date !

Rejoignez-nous ce jeudi 18 avril à 14h30 (UTC) pour un événement en direct, sur notre chaîne YouTube, alors que nous nous lançons dans un voyage révolutionnaire avec Alexia et son équipage entièrement féminin.

Assistez à la création de l’histoire durant notre navigation à travers l’Atlantique à bord d’un Mod70 – un exploit jamais réalisé par une équipe entièrement féminine !

Ne manquez pas ce moment historique. Branchez-vous, soyez inspiré et devenez partie prenante de l’aventure !

https://www.youtube.com/live/QiKs1wcz0JI?si=Nx1z1_jkBQNw3DvD

Allez les filles!

@the_famousproject @georgiaphoto

Des conditions météorologiques prometteuses pour la transat au féminin

Samedi matin, l’équipage de The Famous Project quittera Antigua pour se lancer à l’assaut de l’Atlantique à l’occasion de la première traversée de l’Atlantique en Mod70 au féminin, une précieuse étape d’entraînement océanique pour l’équipe.

Retardée depuis fin février en raison du mauvais temps, l’attente semble en valoir la peine pour les huit membres de l’équipe, de quatre nationalités différentes. Les derniers fichiers météo indiquent que des conditions favorables sur l’ensemble du parcours.

Dee Caffari, co-skipper, déclare : « Le moral est bon, nous avons un groupe formidable et nous avons hâte d’y aller. Les objectifs sont avant tout de garder les équipières et le bateau entiers, de faire un voyage agréable et peu stressant, de ramener le bateau en Europe, d’apprendre et de gagner en confiance en naviguant les unes avec les autres. »

Selon Alexia Barrier et Dee, météo est prometteuse : « Le temps s’annonce plutôt correct. Avec le Mod70, donc un multicoque, la hauteur des vagues est l’un des plus importants points à considérer – plus que le vent parfois. Nous prenons le départ dans une mer de 2,5 mètres, tout est faisable et il n’y a pas de source évidente de stress. La météo commence par un gros anticyclone dans l’Atlantique Nord puis deux dépressions qui nous affecteront. La route à suivre pour les contourner est assez évidente et claire. Nous nous dirigeons vers le nord-est pendant quelques jours avant de pouvoir aller vers l’est. Nous devrions être à peu près au vent, ce qui devrait être inconfortable, mais sans stress. » explique Alexia et Dee de poursuivre : « Le vent le plus fort que nous verrons au début sera d’environ 20 nœuds en sortant d’Antigua, puis il tombera à 15 nœuds. Ensuite, nous devrions naviguer au portant après une zone de transition avec des vents légers. Nous aurons donc un peu de tout et ce sera parfait. Nous n’avons regardé la météo que pour Gibraltar et non pour la Méditerranée, mais nous choisirons d’aller à La Grande Motte ou à Palma en fonction du timing. »

L’objectif d’instaurer une confiance mutuelle sera en partie optimisé par le système de quart, explique Dee : « Nous allons organiser un quart tournant de trois duos de deux, ce qui signifie que toutes les heures, quelqu’un changera et que nous aurons l’occasion de naviguer avec une autre équipière. Alexia et Georgia (Schofield, responsable des médias) sont des électrons libres et choisiront donc quand elles auront besoin de dormir ou de rester éveillées. Ainsi, Alexia pourra voir et naviguer avec tout le monde. »

Suivez le cartographie ici https://forecast.predictwind.com/tracking/display/SV-Limosa/

Transat au féminin : tous les voyants sont au vert

@the_famousproject @georgiasphoto


Alexia Barrier, Dee Caffari, co-skipper, et six équipièresde The Famous Project partiront d’Antigua ce week-end pour la toute première transatlantique en Mod70 avec un équipage exclusivement féminin. 

Cette traversée en direction de Palma, à Majorque – et si les conditions météorologiques le permettent -, est une étape importante et déterminante dans la préparation de leur défi de l’hiver 2025 : établir un record autour du monde pour un équipage exclusivement féminin à bord du maxi-trimaranIDEC Sport, sur le parcours du Trophée Jules Verne. 

Après une RORC Caribbean 600 très réussie fin février, les ,navigatrices ont dû reporter le retour du Mod70 en Europe en raison d’une météo défavorable et instable à ce moment-là. Après quelques jours d’entraînement à Antigua, elles prévoient de partir vendredi 12 avril.

« Nous sommes impatientes de naviguer. En fait, nous approchons du moment où nous aurons besoin du bateau en Europe et, sans nous mettre la pression, nous devons nous mettre en route. Et le bateau nous a aussi manqué ! », s’enthousiasme Alexia Barrier, qui s’est rendue aujourd’hui à Antigua pour retrouver l’équipage, composé de Marie Riou et Annie Lush, deux navigatrices olympiques devenues coureuses autour du monde, et de la nouvelle venue néo-zélandaise, Rebecca (Bex) Gmuer Hornell, gréeuse professionnelle et ancienne « jeune » navigatrice de la Coupe de l’America. 

Pour Alexia, « Nous voulons simplement y aller et apprendre ensemble, prendre soin du bateau et des autres, et naviguer dans ce que nous pourrions appeler un mode ‘cool’, si cela existe sur un Mod70. Quoi qu’il en soit, nous cherchons à réduire le stress. Nous avons une excellente co-skipper en la personne de Dee et beaucoup d’expérience avec Marie et Annie, mais ce dont nous avons besoin, c’est de passer du temps ensemble. Je suis très fière de voir que nous avons progressé et accéléré notre apprentissage avec l’aide de JonnyMalbon, Brian Thompson, Miles Seddon et Tom Dawson. Aujourd’hui, nous avons la confiance en nos compétences pour faire une transat. »

Et elle ajoute : « Nous prévoyons de récupérer notre nouvelle grand-voile à Palma grâce à North Sails et ensuite nous nous rendrons à Saint-Tropez pour la course Paprec 600, du 20 au 25 mai. »

La capitaine de The Famous Project prévoit d’annoncer juste après la fin de cette Transatlantique les noms des six premiers membres de l’équipage de dix personnes qui, selon elle, navigueront sur le Trophée Jules Verne en 2025. 

Liste de l’équipage de la Transatlantique 

-Alexia Barrier (FRA) capitaine
– ⁠Dee Caffari (GBR)  co-skipper 
– ⁠Marie Riou (FRA) 
– ⁠Joan Mulloy (IRL) 
– ⁠Deborah Blair (GBR)
– ⁠Annie Lush (GBR)
– ⁠Rebecca Gmuer (NZL) 
– ⁠Georgia Schofield (GBR) (mediawoman)